Blogue et nouvelles

Gestion des matières résiduelles

Déchets_rue_visuels_articles

Les déchets et leur abondance : selon Maxime, éboueur

11 juillet 2017 | Par Agnès Mager Grandmaison
Gestion des matières résiduellesTrucs et astuces

Pour donner suite à l’article de la semaine dernière, je me suis demandé comment se sentent les éboueurs qui ont le métier de récolter la panoplie de déchets pendant le mois du déménagement : JUILLET.  Voici donc les impressions de Maxime Séguin, propriétaire de la compagnie Ramasse.ca, qui en plus de collecter les déchets et les meubles, assure un tri des rebuts pour recycler ce qui est possible et pour donner les éléments encore bons à des œuvres de charité.

Les déménagements, c’est du sport pour les éboueurs?

Et, OUI, la période des déménagements est particulièrement intense quant aux efforts physiques à fournir par les éboueurs! Les journées se terminent tard et le travail physique est particulièrement exigeant. Normalement, Maxime raconte qu’il rapporte les meubles qui sont en bon état à l’entrepôt et qu’il contacte des organismes de charité pour qu’ils viennent chercher ces articles. « Cependant, dans la période actuelle, nous manquons d’espace et de temps. On est débordés et notre entrepôt aussi déborde! De plus, les organismes communautaires sont au maximum de leur capacité et n’ont pas d’espace pour prendre plus de marchandise », explique Maxime. C’est donc malheureux, mais avec l’affluence actuelle il arrive que du mobilier encore bon soit jeté, car la gestion de ces surplus de fournitures est simplement impossible dans ce contexte.

Et des objets surprenants à ramasser sur le bord de la route, il y en a !

«Il n’y a pas si longtemps, j’avais besoin d’une table pour ma salle à manger, raconte Maxime. En magasinant, j’avais trouvé une table particulièrement belle, mais elle me semblait beaucoup trop coûteuse donc j’ai finalement choisi un ensemble meilleur marché. Une semaine plus tard, je voyais cette même table entrer dans mon entrepôt…» On peut vraiment dire dans ce cas particulier qu’il aurait probablement été très simple de trouver preneur pour la table, si cette dernière avait été affichée sur Internet!

Une autre fois, Ramasse.ca avait eu un contrat pour vider une clinique médicale privée qui avait été rachetée. Le nouveau propriétaire voulait utiliser du mobilier moderne, il se débarrassait alors de toutes ses tables d’examens (qui valent une fortune). Pouvez-vous vous imaginer à quel point ce fut difficile de trouver un organisme intéressé à venir les chercher? Vraiment pas évident. Pourtant, la clinique disposait probablement d’un cercle de contacts qu’elle aurait pu mobiliser afin de donner une seconde vie aux tables.

jour_de_la_terre_quebec_qc_blogue_tous_les_jours_rebuts_encombrants_dechets_ruelle_2017_agnes_mager_grandmaison_2
Voici, à mon grand désespoir, ce qui traine encore en bas de chez moi!

Même du point de vue de ceux qui sont payés pour ramasser vos déchets, c’est un vrai gâchis de voir des quantités toujours plus phénoménales de matériel abandonné à la rue.

« Je me sens dépassé par la surconsommation, finit par me confier Maxime. Je ressens beaucoup de déception de voir tous ces objets toujours fonctionnels qui sont rejetés pour des raisons superficielles (couleur, style, âge, etc.). » À voir tous ces déchets se retrouver dans la rue, on a l’impression que les ressources de notre Planète sont inépuisables, ce qui n’est pas du tout le cas!

Bien que certains organismes tentent de faire le tri des articles collectés, les sofas et les matelas ne sont pas recyclables et les œuvres de charité en ont déjà trop. Il faut savoir qu’ultimement beaucoup de choses se retrouvent dans les sites d’enfouissement, car dans ce contexte d’abondance, il est difficile de trouver des preneurs.

La solution à tout ce gaspillage : acheter des choses qui dureront pour la vie et qui peuvent être réparées. Parfois, il est préférable de payer un peu plus cher pour acheter des meubles faits en matériaux naturels et durables qui ne se démodent pas.



Conseillère – Dons alimentaires

Agnès Mager Grandmaison

Avec sa grande ouverture d’esprit, Agnès adore voyager pour en apprendre davantage sur les différents écosystèmes et les groupes culturels. Depuis la fin de ses études en environnement, elle concentre ses actions dans la redistribution des surplus alimentaires pour que les denrées invendues puissent nourrir ceux qui ont faim.

Voir tous les articles...


Partagez vos commentaires





Sur le même thème :


Contactez-nous

Tous les Jours / Jour de la Terre

5818, boulevard Saint-Laurent
Montréal (Québec) H2T 1T3 Canada

Téléphone : (514) 728-0116
Sans frais : 1 800 424-8758
Télécopieur : (514) 303-0248
Courriel: info@jourdelaterre.org